La Bundesliga met sa réputation en jeu avec un retour mi-mai

C’était prévu, et maintenant c’est ici. La  Bundesliga  sera la première des grandes ligues européennes à redémarrer le 16 mai,  avec l’approbation du gouvernement fédéral mercredi, donnant à la ligue la liberté de décider du calendrier lui-même, dont il dispose désormais. Il avait été signalé par le ministre de la Santé, Jens Spahn, approuvant verbalement le plan détaillé de sécurité et d’hygiène du LDF cette semaine.

Le diable, cependant, est dans le détail. Spahn a terminé en disant que concevoir un plan et le vivre étaient deux choses différentes, et c’est exactement ce que la Bundesliga et ses clubs découvrent. Lundi, le LDF a rapporté qu’il y avait eu 10 tests positifs sur 1 724 effectués, ce qui a confirmé son affirmation selon laquelle l’objectif de filtrage fonctionnait, « offrant une sécurité supplémentaire et protégeant ainsi les joueurs ».

Le Dr Tim Meyer, le chef du groupe de travail du LDF derrière les détails du plan de reprise, a soutenu cela tout en faisant preuve de prudence. «Si la discipline [nécessaire] n’est pas respectée», a-t-il dit, «même le meilleur concept peut faiblir.»

La vidéo Facebook Live publiée lundi par l’attaquant du Hertha Salomon Kalou en est un exemple  typique , volant comme une énorme tache de boue  et atterrissant au ras du costume fraîchement blanchi de la Bundesliga. Cela a commencé assez innocemment, l’attaquant ivoirien filmant sa promenade dans le centre d’entraînement du club Schenkendorffplatz, avant d’entrer dans le vestiaire. Là, il a serré la main de l’attaquant Vedad Ibisevic et du préparateur physique Henrik Kuchno, avant de s’égarer dans ce qui semblait être un test Covid-19 effectué sur le défenseur Jordan Torunarigha.

Ce n’est pas une première pour Hertha, un club «qui a déjà acquis beaucoup d’expérience dans les catastrophes PR cette saison», comme l’a dit Max Dinkelaker de 11 Freunde. Pourtant, en tant que club, ils s’en sont largement sortis indemnes, jetant Kalou sous le bus en le suspendant indéfiniment et en le laissant prendre le rap seul. Il vieillit, est très bien payé et quitte le club, il lui reste des semaines sur son contrat. Ayant joué seulement 146 minutes de Bundesliga cette saison, il est très peu probable qu’il soit retenu.

Malgré la disparition de l’image de la première équipe, Kalou a toujours été considéré – par le club et les médias – comme un pro du modèle, c’est donc un choc à plus d’un niveau. Il est clair que Hertha en tant qu’institution a le droit d’attendre mieux de l’un de ses joueurs seniors, qui a vu et fait assez à 34 ans pour avoir peu d’excuse, comme le directeur général, Michael Preetz, l’a souligné dans sa déclaration le réprimandant. Preetz tenait à souligner que tout le monde au club a été rappelé les protocoles, mais peindre Kalou comme le seul protagoniste ici est défectueux.

La seule personne à avoir défié Kalou dans la vidéo est le physio David de Mel, testant Torunarigha, qui lui dit de « s’il vous plaît effacer ça ». Pas «arrête de faire ça», mais «arrête potentiellement de montrer aux autres que c’est fait». Le compatriote aîné de Kalou, Ibisevic, 35 ans, est à peine sorti de la vidéo dans un éclat de gloire.

« Ils baisent avec nous? » le capitaine demande en anglais – et qu’une grande partie de la conversation dans les vestiaires est en anglais a donné à la vidéo exactement le genre de public plus large dont Hertha et la Bundesliga auraient pu se passer – comme lui et Kalou comparent les bulletins de paie. Hertha a précisé que les plaintes des joueurs concernaient une «erreur comptable» plutôt qu’une objection aux réductions de salaire liées aux hiatus, mais ce n’est pas un bon coup d’oeil.

Kalou s’est excusé auprès de ses coéquipiers, bien que le rôle projeté d’ambassadeur de Hertha en Afrique semble être sur un terrain fragile. Le fait qu’il ne devrait pas porter seul la boîte semble être l’opinion des autorités de Berlin, le sénateur Martin Pallgen ayant déclaré à Kicker que Hertha peut s’attendre à des inspections inopinées pour s’assurer que le club et ses employés respectent les réglementations.

Avec le grand public – et certainement les fans – divisés sur la question de savoir si le football en Allemagne devrait aller de l’avant, les implications de la scène du Hertha persisteront plus longtemps que les actions. Si c’est ainsi que se comporte un vestiaire, qu’en est-il des 17 ou 35 autres si nous comptons les deux premiers niveaux? Les premiers tests positifs révélés ce week-end, à Cologne, avaient déjà suscité des doutes dans certains esprits, bien que l’autorité sanitaire locale – qui est compétente dans ces cas, comme à Berlin – ait décidé qu’il était bon de continuer après les trois identifiés avec le virus ont été placés en quarantaine.

Le milieu de terrain Birger Verstraete avait déclaré à VTM chez lui en Belgique qu’il pensait que c’était « bizarre » que toute l’équipe ne soit pas mise en quarantaine, bien qu’il ait reculé après que le club ait contesté son point de vue et insisté sur le respect du protocole. L’inquiétude de Verstraete a été alimentée par l’inquiétude pour sa petite amie, qui a une maladie cardiaque et est maintenant revenue en Belgique pour le moment. Il n’est pas facile de tenir compte du fait que les joueurs ont des vies, des préoccupations et des responsabilités au-delà de leur carrière, même dans le plan le plus complet.

Ce n’est pas seulement sur le terrain et dans des stades largement vides que l’hygiène doit être prise en compte. Il y a eu une pression croissante pour que la Konferenz – la pratique allemande de diffuser des rencontres simultanées le samedi après-midi dans une émission qui passe entre les terrains – soit rendue gratuite pour le reste de la campagne. Certains dans le jeu estiment clairement que les radiodiffuseurs publics ZDF et ARD ne devraient pas être potentiellement « freeloading », comme l’ancien président du Bayern Uli Hoeness l’a dit avec charme dans une récente interview avec Kicker, même si le principe de base est largement reconnu comme solide.

L’idée est que plusieurs téléspectateurs ne se presseront pas dans les premières salles d’amis qui sont des clients de Sky, et bien que le principal détenteur des droits ait déclaré à la mi-mars que son intention était simplement de présenter aux clients potentiels de nouvelles offres «compétitives», les autorités bavaroises (Sky est basé dans la zone Unterföhring de Munich) espère de plus grands logements pour le public.

Ce ne serait qu’un tout petit pas vers l’apaisement de ceux qui sont toujours en colère contre ce qu’ils considèrent comme le football se précipitant, mettant les impératifs financiers avant le plus grand bien. Le vice-président du Bundestag, Thomas Oppermann, a écrit cette semaine une chronique pour Kicker dans laquelle il a appelé à continuer à travailler sur cet équilibre délicat. « Le football est la plus belle chose au monde », a écrit Opperman. «Nous devons faire beaucoup pour que cela continue.» La réputation de la Bundesliga, avec une portée internationale importante et en allant en premier, en dépend.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer